Exposition de l'artiste Peintre Marie-Hélène Sirois
Vernissage: Jeudi le 20 novembre de 18h à 20h


Roses de passion


L’artiste peintre Marie-Hélène Sirois présente, jusqu’à dimanche à l’Espace Création Dominique Payette, à Saint-Lambert, Symphonie Schumann + Wieck, une œuvre alliant peinture et musique inspirée de la passion qui unissait le compositeur allemand Robert Schumann à sa femme, Clara Wieck.

Éric Clément La Presse


L’exposition est une histoire de passions. D’abord celle de Marie-Hélène Sirois pour la peinture et la musique. Ensuite celle, complexe, qui marqua la relation de deux virtuoses européens au milieu du XIXe siècle.

Âgée de 36 ans, Marie-Hélène Sirois a découvert un jour avec grand bonheur l’histoire du compositeur Robert Schumann. Après avoir écouté son œuvre Waldszenen (Scènes des bois), op. 82, elle a décidé de l’illustrer avec la première de quatre séries de toiles qui évoquent les différentes étapes de l’histoire d’amour entre le compositeur romantique et Clara Wieck.

Intitulée Le prélude, la série de 12 toiles présentée dès ce soir correspond au premier volet de la Symphonie Schumann + Wieck de Marie-Hélène Sirois.

Il s’agit de panneaux de bois de Luan de 2,13 m sur 91 cm représentant chacun une étape de la vie d’une rose blanche, depuis le bouton jusqu’à la fleur fanée. Disposés côte à côte, les panneaux forment une seule œuvre de 11 m de long qui décrit la floraison d’une rose, symbole d’une relation amoureuse.

L’ARTISTE AU PIANO

Créées petit à petit pendant quatre ans, ses peintures florales sur fond noir n’ont ni l’aspect hyperréaliste de la photographie ni la poésie du rendu de l’acrylique. Mais elles ont l’apparence un peu surannée de la technique mêlant huile et tempera.

« Jacques Lajeunesse m’a appris la technique des anciens maîtres à l’huile et tempera, ce qui m’a permis d’acquérir une grande maîtrise », dit Marie-Hélène Sirois, qui expose à côté de son œuvre les différentes études au pinceau et au crayon qui lui ont permis d’arriver à ce résultat.

Lors du vernissage, ce soir, la diplômée de l’UQAM interprétera cinq des neuf petites pièces pour piano de Waldszenen, op. 82, une musique qui décrit une promenade dans un bois.

L’artiste de Magog a l’intention de consacrer une douzaine d’années à la réalisation des autres séries correspondant à d’autres œuvres de Schumann… et d’apprendre en même temps à les jouer. Quand on parle de passion !

À l’Espace Création Dominique Payette (1101, rue Victoria, Saint-Lambert), jusqu’à dimanche
monfolio.ca